Coop à Cuba

L’art cubain s’expose à la chapelle


arte-cubano-6-

Pour la quatrième année, l’association Coop à Cuba expose les œuvres de différents artistes cubains à la chapelle Saint-Jacques. Quelque 250 peintures, céramiques, dessins, gravures et autres créations sont ainsi mises en valeur afin de présenter l’art cubain au public vendômois.

« Nous allons une ou deux fois l’année sur place et allons rencontrer les artistes. Cela les enthousiasme particulièrement, car, si pour nous notre rôle est de pouvoir l’art cubain en France, pour eux c’est aussi l’occasion d’exposer à l’étranger de se faire connaître, précise Jacques Burlaud président de l’association. Le résultat de cette vente, nous permet par la suite de collecter des fonds pour des actions de coopération. Régulièrement nous faisons des donations d’équipements en achetant du matériel directement sur place. »

Cette 4e édition d’Arte Cubano montre à quel point l’association a grandi et évolué, puisqu’à sa toute première exposition, elle comptait une soixantaine d’œuvres. Trois ans plus tard, elle expose une cinquantaine d’artistes représentés.

« Nous avons une exigence de qualité au fur et à mesure du temps, car Cuba est une vraie pépinière d’artistes quel que soit leur art. C’est un pays tellement riche et surtout avec beaucoup d’humanité, que nous avons à cœur à notre tour, de partager cette exposition unique en France »,

conclut Jacques Burlaud. Une belle exposition qui témoigne de la passion de ce pays, et des artistes qui font l’unanimité parmi les visiteurs, puisque certaines œuvres faisaient l’objet de réservation durant le vernissage.

Source : La Nouvelle République du 8 décembre 2018


En savoir plus…

Coop à Cuba : festival et entraide


L'association entend aider Cuba à protéger sa culture.

Ils ne sont qu’une poignée à composer les rangs de Coop à Cuba qui, depuis 2016, porte les actions lancées par l’association Cuba Coopération créée à Vendôme en 2011. Un groupe vendômois de vingt-cinq adhérents qui entend participer à la coopération de la France avec l’île. À la hauteur de ses moyens… Outre la sixième édition des Journées cubaines proposées du 10 au 13 octobre, les actions d’entraide se poursuivent. « Nous agissons toujours en lien avec les locaux pour répondre aux besoins définis par nos interlocuteurs cubains, en concertation avec le gouvernement provincial. Et sur nos deniers personnels, deux à trois fois par an, nous nous rendons sur place pour voir l’usage de ces matériels », souligne Jacques Burlaud, président.

« C’est ainsi que depuis 2011, nous aidons le foyer d’accueil maternel de Trinidad à s’équiper. Il accueille trente futures mamans qui sont en situation difficile et ce foyer a besoin d’aide pour améliorer ses équipements. Nous avons participé à l’acquisition sur place de lits, de ventilateurs, d’un réfrigérateur, d’une télévision, de chaises et de tables fabriquées dans un atelier local… Depuis 2014, nous sommes en lien avec le grand hôpital pédiatrique de Trinidad pour l’aider à s’équiper de matériel de perfusion, de climatiseurs, d’un réfrigérateur pour conserver les médicaments… Et depuis l’an dernier, notre action s’est déplacée aussi vers un autre foyer maternel, régional cette fois, à Sancti Spiritus qui abrite 140 futures mamans et vers un foyer d’accueil pour personnes âgées, une nouvelle fois pour acheter sur place des ventilateurs muraux pour les lits et un réfrigérateur pour les médicaments. »


Vente de 250 toiles d’artistes cubains

Des actions que l’association a pu entreprendre par le passé avec l’aide de la Région, notamment dans le cadre des aides à la coopération internationale et dans le cadre de l’action culturelle.
Un budget de fonctionnement de l’ordre de 13.000 € que l’association cherche aussi à autofinancer notamment par les recettes tirées de ses diverses manifestions (dont les Journées cubaines du 10 au 13 octobre) et par la vente de toiles d’artistes cubains lors de l’exposition du 6 au 9 décembre. Deux cent cinquante œuvres acquises sur place auprès de cinquante artistes ont été transportées par les bénévoles dans leurs bagages qui seront présentées et vendues à la chapelle Saint Jacques.

Association CoopàCuba, tél. 02.54.73.25.73 ou coopacuba@gmail.com

Source : La Nouvelle République du 4 novembre 2018

En savoir plus…

La culture au cœur des sixièmes Journées cubaines




L’association Coop à Cuba prépare la sixième édition de son festival qui, du 10 au 13 octobre 2018, proposera une découverte de la culture cubaine.

Cinéma, expositions mais aussi conférences, rencontres, musiques et gastronomie sont à l’affiche des Rendez-vous des sixièmes Journées cubaines de ces 10 au 13 octobre 2018.
Cuba et son métissage culturel né de l’histoire de l’île sera au centre de la programmation de cette année avec un rappel aux origines africaines, de ces esclaves employés dans les plantations de canne à sucre ou de café. À la fois dans les films mis à l’affiche que dans les conférences, les animations musicales, artistiques et gastronomiques proposées par l’association qui, depuis 2016 a pris la suite des actions culturelles et de solidarité conduites depuis 2011 par Cuba Coopération comme l’aide matérielle à un foyer d’accueil de futures mamans.

« Ces journées ne sont qu’une partie de nos actions avec en mars la Journée de la femme et l’exposition d’artistes qui, cette année, du 6 au 9 décembre 2018, proposera à la chapelle Saint-Jacques deux cent cinquante œuvres de cinquante artistes cubains », souligne le président Jacques Burlaud.

La part belle au cinéma

Des journées cubaines qui, une nouvelle fois, font la part belle au cinéma avec des titres rarement projetés en France faute de distributeur ou de sous-titrage. C’est le cas pour le film de Fernando Perez « Derniers jours à la Havane » de 2016 qui sera projeté jeudi 11 octobre 2018 à 20 h 30 à CinéVendôme. « Une belle histoire entre amis dont l’un rêve d’émigrer aux États Unis », souligne ou encore Jacques Burlaud qui met aussi l’accent sur « Soy Cuba », un film culte noir et blanc de Mikhaïl Kalatozov de 1964, soit cinq ans après le triomphe de la Révolution cubaine. « Un grand film qui à travers quatre personnages dénonce les conditions de vie sous la dictature de Batista. » Il sera projeté jeudi 11 octobre à 18 heures.

Des programmations pour tous les publics y compris les scolaires. D’ailleurs, les séances de 9 h 30 et 13 h 30 de jeudi 11 octobre 2018 devraient accueillir 1.500 élèves et accompagnateurs.


Source : La Nouvelle République du 4 novembre 2018


En savoir plus…

Le regard d’un Vendômois au cœur du Festival des Caraïbes


Jacques Burlaud président de COOPàCUBA

Les balcons de bois sombre en forme de moucharabieh de la Maison Diego Velazquez sont l’un des éléments emblématiques du Parque Cespédes, place centrale de Santiago de Cuba, que bordent également la cathédrale, l’hôtel de ville, un hôtel fameux et quelques galeries d’art. C’est sur ce superbe et très prestigieux décor que les autorités de la ville et de la province ont proposé à Jacques Burlaud, photographe vendômois passionné de Cuba et président de l’association COOPàCUBA, d’accrocher les 25 portraits photographiques qu’il a sélectionnés à partir des images réalisées lors de la précédente édition du festival. Le défilé inaugural (La serpiente) comme celui de la clôture qui s’achève par la destruction par le feu d’une effigie du diable, se sont donc déroulés avec, pour une part de leur « toile de fond », cette petite partie de l’exposition « Cuba mango » qui comporte désormais environ 500 panneaux.



En savoir plus…

Une nouvelle étape pour Coop à Cuba



Arrivée du réfrigérateur au foyer pour personnes âgées livré par l'association vendômoise Coop à Cuba.

Dans le prolongement des trois projets antérieurs de coopération menés par l’association dans le secteur de la santé et géographiquement localisés dans la province de Sancti Spiritus (partie centrale de Cuba), une nouvelle étape a été inscrite, ce jeudi 2 août, au bénéfice du foyer d’accueil pour personnes âgées de la capitale régionale.

En savoir plus…

Le club Unesco du lycée ouvre des horizons

Cuba Mango

Une cinquantaine de photos prises sur le thème de la route. Ici, l’un des deux photographes, Jacques Burlaud.

Jusqu’au 5 juin, le lycée Vinci présente une exposition de photos prises sur les routes, en Argentine et à Cuba. Aux manettes, entre autres, le club Unesco.

Des chemins haut perchés, dans la région andine de l’Argentine, une autoroute à Cuba : deux décors parmi la cinquantaine, en tout, qui composent l’exposition intitulée « En route à Cuba et en Argentine », présentée jusqu’au 5 juin au lycée Vinci, à Amboise.

Le vernissage a eu lieu lundi, marquant « l’aboutissement d’un an d’étude avec les élèves du club Unesco », a précisé Dominique Melhaoui. Professeur d’espagnol au lycée, elle anime ce club lié à l’Argentine et assume également la vice-présidente de la fédération française pour l’Unesco. En somme, elle aime ouvrir des horizons !

« Ces images prises sur les routes permettent de découvrir l’âme des peuples qui circulent, a-t-elle expliqué aux élèves qui arrivaient au CDI, classe après classe, pour voir les photos. On aborde la question de savoir comment les chemins façonnent les mentalités, la manière dont les gens vivent. »
Cette exposition bénéficie du label de la Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes, organisée par le ministère des Affaires étrangères, et c’est l’une des très rares animations, parmi les 180 proposées en France jusqu’au 10 juin, à être accueillie dans un lycée.

Les photos de Cuba sont signées Jacques Burlaud, de l’association vendômoise Coop à Cuba, qui s’associe pour la première fois au club Unesco du lycée. Il propose ici 25 photos extraites de son travail photographique conséquent sur Cuba, intitulé Cuba Mango. « Il ne s’agit pas de faire de Cuba un paradis, mais de le présenter de manière moins schématique », indique le photographe.

Les photos des routes argentines ont été prises par Diego Sberna, anthropologue et archéologue de hautes montagnes, qui a inspiré un autre travail, scientifique cette fois, aux élèves du club (lire l’encadré). Sur ses photos, on découvre notamment le Qapaq Nhan, littéralement « chemin royal », qui est le réseau routier conçu à l’époque pré-colombienne par les Incas. Toujours praticable, cette route très empruntée est classée patrimoine mondial par l’Unesco.



En savoir plus…